Coordonnées

  • Permanence parlementaire de Gaëtan Gorce :
    32 rue du commerce Appt. 9 - 58200 COSNE SUR LOIRE _____________________________ Tél : 03 86 26 91 99 _____________________________ Fax : 03 86 26 89 97 _____________________________ Mail : gorce.gaetan@wanadoo.fr

Me suivre sur Twitter

« République décente ? | Accueil | Milliband à part ? »

12 octobre 2010

Commentaires

Martine MOINGEON

Monsieur le Député,

Reprenant votre question écrite au Premier ministre sur l'A.E.R. le 12 octobre 2010, je suis, comme bien d'autres seniors chômeurs, en fin de droits sur le mois de janvier 2011, étonnée et outrée de voir que Monsieur le Premier ministre et son gouvernement repète le même scénario que l'an passé à tarder à prendre une décision concernant l'A.E.R, alors même qu'il a précisé le 9 septembre dernier dans l'émission "A vous de juger" la mise en place d'un système pérenne équivalent à cette A.E.R.

Le retard mis pour l'entrée en vigueur du décret correspondant plonge très rapidement bien des milliers de seniors dans la précarité sans compter toutes les prières, doléances qu'ils doivent faire auprès des banques pour différer leurs emprunts, arréter leurs placements ....... Ces mêmes seniors? qui disposent de tous leurs trimestres de cotisation et même plus, se sont vus reporter de 4 mois l'âge légal de leur départ en retraite. Quelle malchance d'être nés après le 30 juin 1951 !!

Début décembre 2010, j'ai adressé la même réquête auprès de Monsieur Vincent DESCOEUR, Député du Cantal où je demeure, afin qu'il agisse de même au vu de votre alerte ; "l'UNION FAISANT LA FORCE", sans sectarisme, pour des milliers de seniors inquiets.

Vous remerciant vivement de votre action, je vous prie d'agréer, Monsieur le Député, l'expression de ma considération la plus distinguée.

Martine MOINGEON
Lempret
15350 CHAMPAGNAC

Pierre Dupuis

Comment ne pas être d'accord avec ton analyse? Les tares de notre Parti sont désormais criantes. Le PS est un parti d'élus, bueaucratisé à souhait, et en période de glaciation pré-électorale. J'y milite encore, plus par dépit de pouvoir trouver mieux ailleurs que par espérance. Combien faudrat-il d'électrochocs comme ceux du 21 avril pour nous réveiller? De surcroît, les militants deviennent des machines à entériner les décisions de l'appareil, sans réel débat sur le fond, pour un programme dont on sait qu'il ne sera pas une obligation pour le futur candidat. Que faire? La question de la rupture avec le PS se pose pour moi...
Pierre Dupuis
Agrégé de philosophie
militant à Meaux

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.