Coordonnées

  • Permanence parlementaire de Gaëtan Gorce :
    32 rue du commerce Appt. 9 - 58200 COSNE SUR LOIRE _____________________________ Tél : 03 86 26 91 99 _____________________________ Fax : 03 86 26 89 97 _____________________________ Mail : gorce.gaetan@wanadoo.fr

Me suivre sur Twitter

« L'Assemblée vote la limitation des dépenses de campagne | Accueil | Nicolas Sarkozy doit rendre des comptes sur l’Afghanistan »

19 janvier 2012

Commentaires

girard rene

L'idée d'interdire à un président de se succéder à lui même me semble une excellente idée , elle aurait le grand avantage de remettre les compteurs à zéro à chaque élection les candidats seraient à égalité et rien ne devrait empêcher le président sortant de se représenter après cinq ans de repos , le peuple pourrait le réélire ou dire non merci on a déjà donner.
Pour ce qui est de clarifier on n'en fera jamais trop quant au conseil constitutionnel il ne faut pas en attendre grand chose , on surnomme ses membres "les sages" mais pour que cela soit vrai il faudrait l'intervention du saint esprit , peut être sous la forme d'une colombe mais je doute qu'elle veuille bien descendre parmi eux, car de même que le disait un humoriste en parlant de la télévision:"les émissions sont tellement mauvaises que même les pigeons refusent de se poser sur les antennes"
girard

chatel

Entièrement d'accord avec l'idée de "clarifier le cadre juridique s’appliquant au financement des campagnes présidentielles" et notamment "l'interdiction d’utiliser à des fins électorales les moyens publics tirés de l’exercice d’une autre fonction élective".
Mais je crois que, pour des raisons d'égalité entre les candidats, il faut aller plus loin et interdire à un président de se succéder à lui-même. La réforme constitutionnelle de NS (limitation à deux du nombre de mandats présidentiels) n'était pas la bonne. Il fallait non pas limiter le nombre de mandats présidentiels mais rendre impossible l'accomplissement de deux mandats successifs. Lors de la campagne, le président en fonction et son adversaire du second tour ne sont pas en effet à égalité, le premier disposant de tout l'appareil d'Etat pour tenter de se faire réélire.
Le débat du second tour de l'élection présidentielle de 1988 entre FM et JC -que FM avait systématiquement appelé "Monsieur le Premier Ministre"- montre bien à quel point il est contraire au principe d’égalité qu'un président en exercice puisse se représenter à l'élection suivante.

Claude FERRA

Quand les rois africains n'envoient plus de valises on fait le poches des français.

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.