Coordonnées

  • Permanence parlementaire de Gaëtan Gorce :
    32 rue du commerce Appt. 9 - 58200 COSNE SUR LOIRE _____________________________ Tél : 03 86 26 91 99 _____________________________ Fax : 03 86 26 89 97 _____________________________ Mail : gorce.gaetan@wanadoo.fr

Me suivre sur Twitter

« Table ronde "L'ambition économique" | Accueil | Que faire avec la Russie ? »

11 mai 2015

Commentaires

rene girard

Eh bien monsieur Gorce je suis de ton avis.
Oui tu as raison l'enjeu est immense et pour cette raison il faudrait que le programme d'histoire soit forger par ceux qui composent la nation , mais savoir le passé pour mieux comprendre le présent je ne crois pas que ce soit le but de tous les dirigeants.
L'ignorance de l'histoire rend les hommes malléables et ça c'est le désir de beaucoup de politiques.
Un peuple vraiment composer de citoyens et non de sujets doit savoir l'histoire.
Pouvons nous espérer un débat , puis une construction sur ce sujet : ce serait grand.
Y aura-t-il une volonté politique d'entreprendre cela ?

B. Girard

« L’ambition de donner à tous des outils de compréhension du monde ». Effectivement, c’est un des objectifs de l’histoire, comme d’ailleurs des autres matières scolaires… Encore faut-il pour cela, que les programmes s’ouvrent au monde, ce qui n’a pas été le cas pendant longtemps et ce qui n’est toujours pas le cas en primaire, avec des programmes encore beaucoup trop centrés sur le pré carré national. On ne voit pas trop en quoi l’histoire de Jeanne d’Arc, de Clovis ou de Vercingétorix seraient en mesure de faire comprendre aux élèves le monde dans lequel ils vivent et encore moins d’où ils viennent car personne ne descend de Jeanne d’Arc, de Clovis ou de Vercingétorix. Quant à cette « conscience nationale » qu’il faudrait paraît-il faire acquérir aux élèves, j’avoue n’avoir toujours pas compris en quoi elle consistait. S’il s’agit de faire émerger un sentiment de solidarité entre les hommes, on ne voit pas très bien pourquoi il devrait s’arrêter à un pointillé sur une carte ; la nation est un phénomène récent dans l’histoire des hommes, qui s’en sont passés pendant longtemps et qui n’est sûrement pas éternelle. Il est d’ailleurs curieux de voir comment l’appel à se fondre dans une hypothétique collectivité nationale a tendance à se renforcer au fur et à mesure que se délite le lien social. Apprendre aux élèves à vivre ensemble, à se respecter, à collaborer reste encore le moyen le plus sûr pour construire une société harmonieuse.

Le débat sur la chronologie, sans cesse ressassé dans les médias et chez certains politiques n’a pas sa place ici, puisque l’enseignement de l’histoire s’est toujours fait dans l’ordre chronologique : par exemple en collège, l’Antiquité en 6e, le Moyen Age en 5e etc. On a malheureusement l’impression que pour beaucoup, la chronologie se ramène à une liste de rois ou de batailles sans laquelle le passé serait incompréhensible. C’est même tout le contraire : pour un citoyen du 21e siècle, savoir par exemple que la Chine fut bien avant l’émergence de l’Europe une puissance économique ou encore que, pendant plusieurs siècles, l’or de l’Afrique subsaharienne a afflué en Europe, sont autrement plus signifiants que la succession des rois de France.

Dernière précision : la polémique déplacée et mensongère qui a accompagné la parution des nouveaux programmes d’histoire en cycle 3 et cycle 4 n’est pas venue des historiens ni des enseignants mais, comme d’habitude, des médias ou de politiques de droite comme de gauche dont les arrière-pensées sont manifestes et qui ignorent à peu près tout de ce qu’est un collégien du 21e siècle. S’il suffisait de chanter la Marseillaise pour former des citoyens, depuis le temps, ça se saurait.

Un prof d’histoire-géo en collège

L'utilisation des commentaires est désactivée pour cette note.